Education pour tous

Publié le par Jean Luc Duval

Droit à l'éducation

Depuis la loi du 11 février 2005 relative à l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, le handicap est envisagé dans sa dimension sociale, c'est-à-dire en prenant en compte la situation du jeune dans son environnement. Un texte actuellement mis en place de façon aléatoire par l'état français qui n'a jamais engagé une politique suffisante, assez de moyens pour faire de ce texte, une réalité sur le terrain.

Nous pourrion vous donner un cadre uniquement légal mais pour facilité la compréhension de tous, il est préférable d'expliquer de façon simplifié, la première des choses lorsque vous êtes parents d'un enfant différent est de garder à l'esprit que le droit à l'éducation est un droit fondamantal, peu importe ce que l'on vous dira, chaque enfant doit avoir sa place à l'école, peu importe ces difficultés, nul n'a le droit de décider pour vous, Les parents sont les seuls a décider, rien ne peut vous être imposé.

La loi est claire concernant les moyens à mettre en oeuvre pour facilité l'inclusion de ces enfants :


l'inscription dans l'établissement scolaire de secteur, qu'on appelle "établissement scolaire de référence" ;
l'accès au savoir grâce aux adaptations pédagogiques individuelles ou collectives ;
l'accès à l'ensemble des locaux et des matériels nécessaires pour leur scolarisation, dans la mesure du possible ;
la mise aux normes des bâtiments scolaires et des équipements culturels et sportifs.

Chaque handicap nécessite des aménagements particuliers, Certains auront besoin d'adaptations Pédagoqiques, d'autres auront besoin d'une Auxiliaire de Vie Scolaire,

Il importe donc de distinguer clairement trois types de projets :


- le PPS, élaboré par la Maison Départementale du Handicap (MDPH) pour un jeune reconnu handicapé ;


- le PAI (Projet d’Accueil Individualisé), qui spécifie à l’intérieur d’un établissement scolaire ordinaire les adaptations à prévoir s’agissant de l’accueil d’un jeune présentant des troubles de santé susceptibles de persister mais n’impliquant pas qu’il soit reconnu comme handicapé;


- le PPRE (Projet Personnalisé de Réussite Educative), qui spécifie à l’intérieur et autour (intervention éventuelle d’enseignants spécialisés) de l’établissement scolaire ordinaire un dispositif de soutien à la scolarité. Il concerne des élèves dont les connaissances ou les compétences, en tant que telles et indépendamment d’un trouble de la santé ou d’un handicap, ne sont pas suffisantes au moment considéré pour leur permettre de continuer à bénéficier des enseignements dispensés sans aide additionnelle.

La magie des sigles, l'art de compliquer les choses, pourquoi faire simple lorsque l'on peut faire compliqué, Voila ce qui vous attends car il vous faudra garder en tête qu'en réalité, votre enfant est considéré comme un problème pour l'éducation nationale qui tentera un maximum de stratégie pour vous convaincre que le milieu ordinaire n'est pas sa place ......

Nous allons donc suivre énumérer les situations les plus courantes :

Demande Auxiliaire de vie scolaire :

Cette étape est souvent problématique, la France n'a pas recruté suffisamment d'Auxiliaires de vie scolaire, pire encore elles ne bénéficient pas d'un contrats a durée indéterminé et bien sur les MDPH considèrent que votre enfant n'a pas sa place à l'école.

Lors d'une demande d'auxiliaire de vie scolaire, vous avez sur le formulaire, une case ou vous pouvez justifier la demande, beaucoup se demandent qu'y inscrire. Les grands discours sont totalement inutile, inscrivez tous simplement ce texte qui montrera que vous connaissez vos droits et demandez un nombres d'heures supérieurs a vos besoin pour anticiper.

" Conformément à la loi 2005, chaque enfant handicapé a le droit a l'éducation avec tous les moyens nécessaires à sa réussite, je vous demande donc -- Heures d'auxiliaire de vie scolaire rendues nécessaire par son handicap "

Simple, court, efficace .....

Les réunions éducatives :

" Cela ressemble à un tribunal, on vous y installe comme dans un tribunal mais ce n'est pas un tribunal " , trop souvent les parents sont effrayés par ces réunions, mais oublient qu'ils sont les seuls a décider , rien ne peut être mise en place sans votre accord, Veuillez à respecter certaines règles tout simple :

- Ne signez jamais un document qui vous satisfait pas .....
- Chacun s'exprimera, n'acceptez en aucun cas que soit écrit des choses qui vous semblent néfaste pour la scolarité de votre enfant comme certain termes (Ex : Violent).
- Une personne de votre choix peut vous accompagner, n'hésitez pas, Amis, Famille, Avocat ....

Enfin terminons par les habituels pièges :

On vous dit : "Votre enfant a mordu, frappé, griffé .... "
Réponse : " Tous les enfants le font, cela ne vient pas de son handicap "

On vous dit : " Votre enfant n'a pas sa place à l'école, une institution est plus adaptée "
Réponse ; " Chaque enfant à sa place à l'école, je suis la meilleure personne pour en décider "

On vous dit : " on a isolé votre enfant pour son bien "
Réponse : " mon enfant est à l'école pour être avec les autres, pas pour être seul "

On vous dit : " en cas de problème, je vous appelle pour venir le chercher "
Réponse : " Cela ne me concerne pas, c'est a vous de le gérer, son Auxiliaire de vie scolaire est la pour cela "

Enfin si vous avez votre notfication d'Auxiliaire de Vie Scolaire mais celle-ci est absente, voici un courrier Type a envoyer en Recommandé à l'inspection académique
:


Votre nom, adresse, numéros de téléphone

Inspection Académique de DEPARTEMENT, adresse

LETTRE RECOMMANDÉE AVEC ACCUSÉ DE RÉCEPTION

Madame/Monsieur l’Inspecteur/Inspectrice d’Académie,

En notre qualité de parents de PRÉNOM ET NOM DE VOTRE ENFANT, nous vous rappelons que notre enfant bénéficie d’un accord de la Maison Départementale des Personnes Handicapées pour I'intervention d'une auxiliaire de vie scolaire pour la scolarisation à l 'école PENDANT X HEURES.

Or, force est de constater que, malgré cette décision, notre enfant ne bénéficie pas de cette intervention.

Dans ces conditions, et par le présent recours administratif, nous sommes malheureusement contraints de vous mettre en demeure d’exécuter la décision d'octroi d'une auxiliaire de vie scolaire en date du DATE D'ATTRIBUTION DES HEURES D'AVS PAR LA MDPH.

Nous vous remercions de l 'attention que vous voudrez bien porter à la présente.

Nous vous prions de croire, Madame l'Inspectrice/Monsieur l'Inspecteur d'Académie, à I'assurance de notre considération distinguée.

DATE, SIGNATURE

Pièces jointes:
Notification de décision d'auxiliaire de vie scolaire par la MDPH en date du DATE.
Copie du livret
de famille.

Publié dans Vos Droits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article